Auchan…virée pour 85 centimes !

Virée pour un écart de caisse de 85 centimes, soit le prix d’un timbre, une employée d’Auchan City à Tourcoing se bat pour être réintégrée. Clients et salariés font savoir leur indignation et font pression sur l’enseigne.

Auchan ne devait pas s’attendre à ce que l’affaire prenne une telle ampleur. « Certains clients ont fait savoir qu’ils ne reviendraient plus faire leurs courses dans l’enseigne, d’autres ont rendu leur carte de fidélité et certains ont même fait des chèques de 85 centimes d’euro », affirme Habib Hamdoud, délégué CGT à Auchan City de Tourcoing. Depuis lundi, date à laquelle l’histoire a été rendue publique, le licenciement d’une caissière de ce supermarché du Nord pour une erreur de caisse de 85 centimes d’euro a suscité de nombreuses réactions d’indignation de la part des salariés et des clients.

images

Le 8 juillet, Stéphanie (*), qui supervisait six caisses automatiques, a en effet omis de scanner l’article d’une cliente – un pot de sauce tomate – que celle-ci avait rajouté à l’insu de l’hôtesse de caisse. Montant du larcin : 85 centimes d’euro, que la cliente aurait finalement payés après avoir été interpellée par un agent de sécurité du magasin. Deux jours plus tard, la caissière est mise à pied à titre conservatoire en vue d’une sanction. Le 28 juillet, Stéphanie reçoit sa lettre de licenciement pour « manipulations frauduleuses ». « Dans le jargon de la grande distribution, ça veut dire “Caddie de complaisance” », décrypte Habib Hamdoud.

vignette-focus-wide

Dans les grandes surfaces, on exige des caissières, à la fois, de faire leur travail mais aussi de jouer les « flics ».

Pour la direction, qui considère donc que la caissière était de mèche avec la cliente, le pot de sauce tomate non comptabilisé ne serait pas le seul élément litigieux. « Il y a eu une accumulation de manipulations incorrectes : l’utilisation de bons de réduction non-appropriée, l’annulation de paiement de produits finalement emportés par la cliente et un produit non enregistré », a fait savoir un porte-parole de l’enseigne de grande distribution. « Il y avait une promotion, un paquet gratuit pour un paquet acheté sur de l’eau gazeuse en magasin. Sauf que le fournisseur avait aussi sa propre promotion avec un sticker 70 centimes de réduction. La cliente a demandé à bénéficier des deux réductions. On a ce problème de promotions qui se cumulent de manière récurrente. D’autres caissières ont fait la même manipulation pour des clients sans que cela ne pose problème », souligne le délégué CGT. Pour ce qui est des articles annulés, « deux paquets de nouilles », affirme Habib Hamdoud, ceux-ci n’auraient pas été emportés par la cliente, soutient celui-ci. La seule « faute » de la caissière pour la CGT aurait finalement été de n’avoir pas vu la cliente voler le pot de sauce tomate. « On exige un niveau de vigilance de la part des caissières – qui doivent à la fois faire leur travail mais aussi de la prévention et de la sécurité – qui est beaucoup trop élevé », poursuit-il.

gerard-mulliez

Virée pour 85 centimes ! La fortune de Gérard Mulliez et sa famille, propriétaires du groupe Auchan, est évaluée à 18 milliards d’€, ce qui en fait la 2ème fortune française.

La direction reproche également à la caissière de ne pas s’être rendue à son entretien préalable à sanction pour s’expliquer. « Elle était en arrêt pour dépression suite à cet épisode », affirme de son côté le délégué CGT. Le syndicaliste estime en outre que le fait que Stéphanie soit syndiquée à la CGT aurait pu jouer en sa défaveur. Habib Hamdoud est persuadé qu’au-delà du cas de Stéphanie, son syndicat est dans le viseur de la direction. « J’ai alerté l’inspection du travail et fait un dépôt de plainte pour harcèlement et discrimination syndicale à mon encontre », souligne-t-il. En attendant, la médiatisation de l’affaire a déjà porté ses fruits. La direction annonce être disposée à rencontrer la caissière licenciée et ne semble pas écarter une éventuelle réintégration. En attendant, la CGT se tient prête à mobiliser en interne, via une pétition et un rassemblement.

Publicités