Un matin tout neuf commence à percer.

« Le résultat annoncé depuis le début de la soirée n’est pas celui que nous espérions. Bien sûr, d’ici là, médiacrates et oligarques jubilent. Rien n’est si beau pour eux qu’un second tour entre deux candidats qui approuvent et veulent prolonger, les deux, les institutions actuelles, qui n’expriment aucune prise de conscience écologique ni sur le péril qui pèse sur la civilisation humaine, et qui les deux comptent s’en prendre une fois de plus aux acquis sociaux les plus élémentaires du pays. » C’est par ces mots que Jean-Luc Mélenchon a commencé son intervention au soir de ce dimanche électoral.

Notre maire, Dominique Lesparre a donc eu raison de parrainer et de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon qui arrive en tête dans notre circonscription.  Sur Bezons il rassemble 32,23% des suffrages et double ainsi son score de 2012. Sur Argenteuil,  il réalise 33,89% des voix. Au total 16 515 voix ! Bien sûr, nous sommes nombreux à avoir espérer encore mieux pour J.Luc Mélenchon. Mais cette campagne a débuté et s’est conclue par la mise à l’écart des responsables des difficultés que vivent les Français. Premier épisode, Nicolas Sarkozy est sèchement recalé. Au deuxième, François Hollande, plombé par ses reniements et un bilan désastreux, ne peut même plus se présenter. Son second, Manuel Valls, est battu sans conteste lors de primaire socialiste et s’abîme dans les trahisons à répétition.

Le dernier acte de ce big bang politique s’est joué dimanche avec l’élimination de François Fillon (qui totalise 11,6% à Bezons et 12,1% à Argenteuil) sous l’effet conjugué des affaires et d’un programme sauvagement anti- social. Sur la scène du second tour, les deux formations qui avaient monopolisé le pouvoir, LR et le PS, entrent en décomposition. La percée de Jean-Luc Mélenchon, particulièrement marquée dans les villes comme les nôtres, ne lui permet pas d’être au second tour mais elle ancre la gauche sur sa face antilibérale. Ce vote sera fécond pour l’avenir. Face au député sortant, devenu pro-macron par pur opportunisme, c’est notre maire, Dominique Lesparre, qui seul sur notre circonscription, porte les couleurs du vrai changement et de la construction d’une opposition forte à l’Assemblée nationale. D’une opposition adversaire du programme anti-social que le nouveau président, pur produit marketing, poursuivra dans les sillons de son mentor, François Hollande. Le peuple de gauche, les électeurs de Mélenchon et de Hamon, qui se sont soulevés ce dimanche, doivent donc maintenant se rassembler les 11 et 18 juin prochains pour porter à l’Assemblée nationale la voix de la résistance aux mauvais coups qui se préparent.

 

Publicités